Faut-il reconstruire la pyramide de Maslow ?

capture-decran-2016-12-05-a-23-26-50Si l’on parle pyramide à un touriste cela évoquera évidemment pour lui les pyramides d’Egypte, un érudit précisera Khéops, Khéphren ou Mykérinos… un manager lui pensera immédiatement à Maslow !

Note pour ne fâcher personne dés l’introduction de cet article : être touriste, érudit et manager ne sont pas incompatible !

Plaisanterie mise à part, cette notoriété prouve au combien le bon Abraham Maslow a marqué les esprits avec sa représentation pyramidale des besoins fondamentaux des individus.
Cette représentation est si éclairante que le grand public ne pense même pas à porter un regard critique sur la théorie qu’elle illustre. Et pourtant, il y aurait bien quelques petites critiques à faire et des raisons de reconstruire la célèbre pyramide… si toutefois cela est possible. Essayons ! 

Une hiérarchie des besoins très questionnable.

capture-decran-2016-12-04-a-17-24-26Maslow a mis en évidence cinq grands groupes de besoins fondamentaux pour un individu. Il a décidé en même temps d’une hiérarchise bien précise pour chaque groupe en partant de la base jusqu’au sommet de la pyramide, soit dans l’ordre :

  1. besoins physiologiques (boire, manger…),
  2. besoins de sécurité
  3. besoins d’appartenance,
  4. besoins d’estime de soi… et pour finir
  5. besoins d’accomplissement.

Bien entendu si l’on est dépourvu de tout et que l’on se trouve en plein milieu du désert, notre première préoccupation sera de satisfaire nos besoins physiologiques : trouver de l’eau, de quoi manger, se protéger du soleil…
Mais si l’on est très exactement dans la même situation mais en plus exposé à une attaque imminente d’animal sauvage, notre première préoccupation sera de rechercher un abris pour être en sécurité avant d’aller chercher de quoi boire ou manger.
capture-decran-2016-12-04-a-17-28-44Vous voyez que du même coup on commence par inverser les deux premiers niveaux de la pyramide.
On pourrait trouver d’autres exemples pour ré-ordonner aussi les niveaux dits supérieurs. La personnalité de chacun, son éducation, ses convictions profondes peuvent être des raisons compréhensibles de remettre en cause la priorité de l’empilage pyramidal proposé par Abraham.

Une idée fausse de l’importance relative de chaque niveau.

A regarder la pyramide on a aussi l’impression que les besoins physiologiques par exemple sont non seulement prioritaires en terme de satisfaction mais aussi plus importants que les autres.
C’est la surface occupée par ce besoin dans la pyramide qui donne cette impression visuelle.
capture-decran-2016-12-04-a-17-31-27La réalité est tout autre. Un exemple : un ascète se nourrira bien sûr comme tout le monde, mais il attachera certainement une importance plus grande à son accomplissement personnel qu’à ses besoins physiologiques.
Dans ce cas-là, pointe en bas, la pyramide a bien évidemment un équilibre beaucoup plus précaire !

Un postulat de départ réducteur.

C’est qui est peut-être le plus critiquable, et le plus critiqué par plusieurs psychologues, dans la théorie de Maslow : le postulat selon lequel avant de satisfaire un besoin tous les besoins qui lui sont inférieur doivent l’être.
Comme si pour se sentir intégré dans un groupe il fallait se sentir complètement en sécurité et être rassasié, ou pour rechercher l’accomplissement de soi, avoir le sentiment d’appartenance à un groupe.
Pas besoin d’être un éminent universitaire pour sentir que ce principe ne colle pas, ou pas toujours, avec la réalité.
capture-decran-2016-12-04-a-17-32-31En fait à un instant T on peut rechercher la satisfaction de plusieurs besoins en même temps dans des proportions différentes.
On en arrive à une pyramide plutôt façon croquembouche !

Une pyramide qui prend de l’âge.

Maslow a développé sa théorie dans les années 40. Depuis le monde a bien changé et les aspirations des individus aussi. Il serait peut-être temps de la revisiter sur le fond.
C’est une affaire de spécialiste… que je ne suis pas. Mais intuitivement je me pose la question s’il ne faudrait pas enrichir la liste des besoins fondamentaux avec par exemple le besoin de pouvoir, le besoin de communication et d’information, le besoin de bien-être, de plénitude et de don de soi.
Cela ferai rajouter bien des niveaux à la fameuse pyramide. Trop peut-être pour illustrer l’extraordinaire complexité du sujet.
capture-decran-2016-12-04-a-17-33-53Après avoir tout bien déconstruit, on est bien embarrassé pour proposer un solution de remplacement à la pyramide de Maslow. La solution réside-t-elle dans une représentation sous forme de réseau heuristique ? Plus complet sans doute mais beaucoup moins pédagogique.

En attendant la pyramide a encore beaux jours devant elle et va encore nourrir pendant longtemps la réflexion des nouveaux élèves manageurs. Bien joué Abraham !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s